Société canadienne des anesthésiologistes
  •  

Dr Morton Leigh


Dr Morton Digby Leigh
(1904-1975)


Le Dr Morton Digby Leigh a été acclamé comme le « père de l’anesthésie pédiatrique » au Canada. Il a apporté ses contributions importantes à une époque où des médecins pionniers avaient créé la spécialité, mais où la plupart des anesthésiques étaient administrés par des omnipraticiens, des pédiatres et des infirmières sans formation spéciale. Alors que l’anesthésie pour adultes évoluait lentement, le traitement des enfants attirait peu d’attention spéciale. En 1938, le Dr Leigh s’est joint aux Drs Wesley Bourne et Harold Randall Griffith à Montréal à titre de troisième et plus jeune membre du « Grand Triumvirat » de l’anesthésie canadienne. Ce groupe a eu un effet important sur les orientations futures de la spécialité, grâce à son dévouement aux services cliniques, à l’enseignement, à la recherche et à l’organisation des sociétés professionnelles, et par ses publications dans les journaux spécialisés. Les trois médecins ont répondu à la demande d’un rôle accru pour l’anesthésie en période de guerre et au besoin d’expansion spectaculaire des services cliniques qui s’en est suivi. Le Dr Leigh a toujours voué sa carrière à la recherche du professionnalisme en anesthésie et à la reconnaissance de la surspécialité que constitue l’anesthésie pédiatrique.

Né à Jersey, dans les îles de la Manche, le 23 septembre 1904, le Dr Leigh a grandi en Colombie-Britannique, au Canada, et a obtenu son baccalauréat de l’Université de la Colombie-Britannique en 1927. Il a terminé ses études en médecine à l’Université McGill de Montréal en 1932 et a obtenu par la suite un certificat en anesthésie du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Il a reçu le certificat de diplômé de l’American Board of Anesthesiology en 1942 et a été fait membre du corps professoral des anesthésistes du Royal College of Surgeons of Great Britain and Ireland en 1950. Après avoir obtenu son diplôme, le Dr Leigh a passé deux ans comme interniste à l’Hôpital général de Montréal et a entrepris une formation spécialisée en chirurgie pédiatrique à l’Hôpital commémoratif de Montréal pour enfants. Le Dr Leigh a dirigé un cabinet de médecine générale dans la ville pendant quelque temps, mais le Dr Wesley Bourne l’a encouragé à suivre une formation en anesthésie. Il s’est donc inscrit à l’Université du Wisconsin en 1936 pour y effectuer une résidence de trois ans en anesthésie sous la direction du Dr Ralph Waters.

En 1939, il est revenu à Montréal comme boursier chercheur en pharmacologie avant de devenir anesthésiste en chef à l’Hôpital commémoratif pour enfants en 1940, lorsque son prédécesseur, le Dr H.P. Mitchell, est entré dans les forces armées. Le nouveau chirurgien thoracique, le Dr Graham Ross, était de plus en plus reconnu sur la scène internationale et a insisté pour avoir un anesthésiste en pédiatrie qui avait reçu une solide formation. Il a trouvé dans le Dr Leigh quelqu’un qui a catalysé les activités cliniques, éducatives et de recherche du département. Des rapports ont porté sur l’utilisation sécuritaire des techniques d’anesthésie rachidienne et locale chez les enfants et le Dr Leigh a conçu une valve sans réinspiration pour usage en pédiatrie qui est demeurée populaire pendant des années. Ses successeurs l’ont adaptée à plusieurs reprises et le dispositif a reçu l’appellation valve de Stephen-Slater. Le style particulier d’enseignement de l’anesthésie pédiatrique pratiqué par le Dr Leigh consistait à cajoler, à pratiquer l’humour et à provoquer, le tout présenté avec son accent nasillard caractéristique. Il a rapidement acquis une formidable réputation d’enseignant. Il est à l’origine de la création de programmes d’enseignement en anesthésie clinique à l’intention des étudiants du premier cycle, des internes et des chercheurs cliniciens de McGill.

En 1940, on a lancé un cours de formation théorique et pratique en anesthésie d’une durée de deux ans dirigé par les Drs Bourne et Leigh et offert à l’Hôpital St. Mary's et à l’Hôpital commémoratif pour enfants. Le cours s’adressait aux diplômés qui avaient fait au moins un an d’internat et « à ceux qui veulent se spécialiser dans cette discipline en expansion rapide ». Le Dr Leigh a écrit par la suite au bibliothécaire du Musée de la Bibliothèque Wood : « Mon premier résident m’a été envoyé par l’Université McGill. Une fois par semaine, ce seul résident et moi-même tenions une réunion pour discuter de nos cas intéressants. J’ai invité d’autres résidents des autres hôpitaux à se joindre à nous et certains sont venus… Vers 1943, lorsque la Marine, l’Armée de terre et l’Armée de l’air canadiennes ont décidé d’envoyer des médecins suivre une formation en anesthésie, j’ai eu la chance de créer un cours de formation de trois mois… Chaque résident effectuait un stage de deux ou trois semaines dans les différents hôpitaux. Le groupe a augmenté et on a alors persuadé la compagnie Ciba de nous laisser utiliser sa salle de conférence de l’édifice du centre-ville. On y présentait des cas intéressants de partout à Montréal. Le Dr Griffith s’est ensuite joint au Dr Bourne et à moi-même. Des anesthésistes de toutes les régions du Canada sont venus suivre des formations de plus longue durée et on a mis sur pied un cours de trois ans menant au diplôme. Comme l’Université McGill ne nous reconnaissait pas, le Dr Bourne et moi-même avons créé le Collège d’anesthésie de Montréal… » Les réunions offraient aux anesthésistes de langue française et de langue anglaise une tribune où ils pouvaient se réunir périodiquement pour déterminer l’approche que McGill suit toujours pour sa série de conférences en éducation médicale continue. La formation en temps de guerre de spécialistes en anesthésie est devenue le cours de trois ans menant à un diplôme en 1945, qui demeure le modèle des programmes de résidence depuis 50 ans.

Le Dr Leigh était membre actif de l’American Society of Anesthesiologists. Il a prononcé une conférence sur « L’acidose en anesthésie » au cours de l’assemblée annuelle de la Société à Montréal en 1941 et est devenu président de son comité des films d’anesthésie en 1946. La Société des anesthésistes de Montréal a élu le Dr Leigh au poste de secrétaire-trésorier du Comité de direction en 1941 et il s’est joint aux Drs Cousineau, Rochette, Wesley Bourne et Harold Griffith comme membre fondateur de la Société canadienne des anesthésistes en 1943.

Malgré sa réputation et le succès qu’il connaissait à Montréal, le Dr Leigh n’a pu résister au défi que lui présentait un retour dans l’Ouest. En 1947, il est retourné à Vancouver comme directeur de l’anesthésie à l’Hôpital Vancouver General et professeur agrégé clinicien au Département de chirurgie. Il devait réorganiser le département avec de l’équipement neuf, implanter des techniques d’anesthésie modernes et former des cliniciens et des enseignants qualifiés afin de répondre à l’évolution rapide de l’anesthésie. Il fallait aussi mettre sur pied un programme de formation postdoctorale en prévision des examens de spécialiste du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Les plans de création d’une nouvelle faculté de médecine ont obligé à répondre aux besoins du programme d’études des étudiants en médecine. Sa proche collaboratrice, la Dre Kay Belton, a déménagé avec lui et des médecins qui avaient suivi le cours d’anesthésie de McGill pendant qu’ils servaient dans les forces armées sont venus se greffer au personnel du département comme spécialistes. Deux des premiers diplômés du cours de McGill en 1948, les Drs D.H. McIntyre et E. Webb, se sont aussi joints au personnel à Vancouver.

Le Dr Leigh a organisé le Département d’anesthésie de l’Université à partir des départements cliniques existants à l’Hôpital Vancouver General et aux hôpitaux Infants' and Children's. L’intubation endotrachéenne, les relaxants musculaires et l’anesthésie rachidienne avaient rarement été utilisés et la plupart des anesthésies se faisaient à l’éther par masque ouvert, parfois au thiopentone par voie intraveineuse pour l’induction, avec l’ouvre-bouche de Boyle Davis pour les amygdalectomies, l’avertin pour la neurochirurgie et le cyclopropane pour l’anesthésie thoracique. Il a remplacé rapidement l’équipement d’anesthésie désuet des dix-neuf points d’anesthésie de l’hôpital, ouvert une salle de réveil et encouragé l’implantation de techniques d’anesthésie mises à jour. Le Dr Leigh a amélioré considérablement les normes de soins cliniques et a lancé des programmes de formation des étudiants en médecine et des médecins résidents qui existent toujours.

En 1948, le Dr Leigh et sa coauteure, Kay Belton, ont publié « Pediatric Anesthesiology », premier manuel consacré aux problèmes de l’anesthésie chez les enfants. Dans Current Researches in Anesthesia and Analgesia, le Dr J.J. Carroll et lui ont décrit « L’organisation d’un département d’anesthésiologie dans un grand hôpital universitaire » en 1949 et « La pratique de l’anesthésiologie en groupe privé » en 1953. Après sept ans à Vancouver, le Dr Leigh est toutefois devenu déçu de ses perspectives universitaires et n’avait pas atteint son objectif personnel qui était la création d’un département d’anesthésie distinct. C’est pourquoi il a accepté, en 1954, une offre de Los Angeles pour devenir directeur de l’anesthésie au Children's Hospital et professeur d’anesthésiologie à l’Université de la Californie du Sud. Il est retourné en anesthésie pédiatrique à temps plein et a continué de contribuer aux publications en pédiatrie. À son départ à la retraite en 1970, il avait à son crédit au moins 40 publications sur des sujets en anesthésie pédiatrique, comme l’anesthésie endotrachéenne à l’avertin pour la chirurgie de la fosse palatine et la bradycardie suivant l’administration de succinylcholine chez les enfants.

Le Dr Leigh a été le chef de file d’un petit groupe de médecins canadiens qui ont fait de l’anesthésie pédiatrique à la fois un art et une science. Devenu gravement malade vers la fin de sa vie, il est mort du cancer à Palm Springs, le 5 septembre 1975.


Joan C. Bevan, MD
Toronto (Ont.)

Liens

Histoire de la SCA

Chronologie des événements

Contributeurs importants

Ressources d’archives

Anciens dirigeants et rédacteurs du JCA